INTUITION

Intuition

Cirrus

 

Les neurosciences le confirment : ni magie ni don, l’intuition est une forme d’intelligence présente en chacun de nous. Elle se cultive, se travaille et s’aiguise au quotidien. Explications et exercices pour suivre en toute confiance notre « boussole » intérieure.

Pour le philosophe allemand Schopenhauer, elle était la marque de fabrique de toutes les oeuvres de génie. Einstein, lui, la définissait comme une « sensation au bout du doigt » (fingerspitzengefühl). Pour vous et moi, elle est une petite voix intérieure qui conseille, une certitude fulgurante qui s’impose, ou encore une réaction corporelle plus ou moins intense. Les plus réceptifs d’entre nous prennent en compte leur intuition, les autres la refoulent ou l’ignorent. Même si son origine demeure mystérieuse, les neurosciences reconnaissent aujourd’hui qu’elle peut être un allié non négligeable pour nous faciliter la vie. Ni sixième sens magique, ni don réservé à quelques élus, l’intuition est une faculté à la portée de tous.

« La capacité intuitive consiste à percevoir des éléments contextuels et à les agencer de manière adaptative pour trouver une solution nouvelle dans un programme préétabli ou dans une situation répétitive, expose Roland Jouvent, professeur de psychiatrie et directeur du centre Émotion du CNRS à la Salpêtrière, à Paris et auteur du Cerveau magicien (Ed. Odile Jacob 2002). Nous avons une partie du cerveau rationnelle qui gère nos apprentissages et une autre plus émotionnelle, relationnelle et adaptative, qui est capable de sortir des contraintes logiques répétitives. L’intuition aurait à voir avec cette capacité à imaginer des réponses et des solutions hors “logique prédictible”. » En clair, perdu en voiture dans une ville, nous pouvons soit demander notre chemin, soit suivre notre feeling, c’està- dire nos « sensations – impressions », qui forment une sorte de certitude flottante.

Pour autant, ce conglomérat intuitif n’est pas dépourvu de rationalité. « En réalité, pour les neurosciences, explique la neurologue Régine Zékri-Hurstel, auteure avec Jacques Puisais du Temps du goût (Ed. Privat 2010), il s’agit pour une bonne part d’informations sensorielles captées par notre cerveau mais qui ne parviennent pas à notre conscience. C’est pourquoi beaucoup de neuroscientifiques nomment l’intuition “inconscient d’adaptation”. Notre cerveau arrive directement aux conclusions et nous fait prendre des décisions sans que nous ayons conscience des perceptions subliminales qui nous y ont conduits. » La neurologue ajoute que notre intuition « est connectée à notre banque de données sensorielles, toujours en mouvement, et s’adapte en permanence pour percevoir le moindre changement. Les plus intuitifs sont donc ceux qui ont le mieux développé leurs qualités sensorielles. L’émotion vient des sens, elle est essentielle dans la capacité intuitive. » Une affirmation qui entre en résonance avec ce que constate le psychanalyste Moussa Nabati. « Si l’on cesse d’être branché sur soi, si l’on entre véritablement en empathie avec l’autre, alors on peut sentir, pressentir des choses, des événements qui ne sont pas la projection de nos peurs, désirs ou angoisses. »

Une faculté qui embellit la vie

« Chacun a la capacité d’être intuitif, affirme Régine Zékri-Hurstel, chacun peut avoir accès à des données diverses pour évaluer un contexte ou une personne, être averti d’un danger ou trouver une solution nouvelle, mais le véritable “plus” de l’intelligence intuitive, c’est de contribuer à notre bonheur. Plus précisément à notre “neuro-bonheur”, c’est-à-dire le fait d’intégrer l’ensemble des données de notre environnement, de notre présent, pour améliorer notre devenir, et découvrir, grâce à cette porte ouverte sur notre cerveau, les codes d’accès personnalisés de notre bien-être sensoriel. »

Ainsi branchés sur nos sens, réceptifs à nos émotions et à notre « petite musique intérieure », nous pouvons ressentir ce qui est vraiment bon ou mauvais pour nous. « Lorsque nous savons quelque chose avec notre intuition, nous le savons avec nos os, notre coeur ; c’est une connaissance, une certitude qui résonne dans l’ensemble de notre corps-être », estime Judee Gee, créatrice et directrice de l’École de l’intuition, auteure de Comment développer votre intuition (Trajectoires 2010). Quelle relation laisser tomber ? Quelle proposition refuser ? Quelle direction suivre ? La confusion règne souvent dans nos vies où les possibilités sont devenues infinies. L’intuition peut être une boussole précieuse, une invitation à l’autonomie, l’opportunité de modeler son quotidien au plus près de ses besoins, de ses envies et de ses compétences.

 Selon Vanessa Mielczareck, coach spécialisée en intuition, cette faculté « nous fait gagner du temps, nous rapproche de nos véritables aspirations, nous connecte à nos vraies ressources intérieures. Encore faut-il oser lui faire confiance. Par essence, l’intuition est toujours juste. Lorsque l’on se trompe, c’est parce que l’on n’est pas en présence d’une intuition, mais plutôt de l’expression d’un désir, de l’imagination, d’une volonté, d’une peur ». Vanessa Mielczareck pointe trois principaux obstacles : le manque de confiance en soi, l’hyperrationalisme et la négativité. Une fois ces freins repérés et levés, on peut alors accueillir ses intuitions et choisir, en toute sérénité, de leur faire confiance.

Source : http://www.psychologies.com/Moi/Se-connaitre/Personnalite/Articles-et-Dossiers/Developper-son-intelligence-intuitive

 

 

 

 

LE TOUCHER DE RELATION

L’accompagnement individuel par le toucher de relation est l’un des 4 outils développés par la somato-psychopédagogie qui sont : le toucher de relation, la gymnastique sensorielle, l’entretien verbal à médiation corporelle et l’introspection sensorielle.

mains-dans-la-terre-2

En quoi consiste une séance de toucher de relation ?

J’effectue des étirements tissulaires de façon lente, douce et précise, afin de mobiliser les fascia ou tissus conjonctifs, en alternance avec des temps de suspension ou d’arrêt du mouvement de mes mains, nommés « points d’appui » qui vont vous inviter à mobiliser une dynamique créatrice et de renouvellement en vous. Ils vont vous proposer à porter un regard neuf, inédit sur vous-même. Ces gestes libèrent les tensions physiques et/ou émotionnelles, ils permettent de retrouver votre vitalité, vos capacités d’adaptation et votre état de bien-être.  

Au cours de la séance, je réalise un bilan de votre vitalité. Je repère les zones en restriction et, sollicite votre force de régulation intérieure appelé psycho-tonus.

Ma main se laisse alors agir comme un miroir qui reflète la réalité vécue de votre corps, au niveaux des fascia. Elle donne accès tant à la vitalité interne qu’aux résonances que vous vivez.

Dans ce rapport créatif entre ma main et votre corps, un dialogue tonique s’engage et vous êtes sollicités aussi bien dans votre tonus physique, que dans votre tonus psychique et émotionnel.

En s’établissant dans un tonus somato-psychique harmonieux, vous relâchez les tensions là où elles ne sont plus utiles, et s’ouvrent alors des perspectives nouvelles et de nouveaux regards sur ce que vous vivez.

Les changements d’états qui se manifestent peuvent être mis en mots et partagés lors d’un entretien verbal réalisé pendant le vécu de la séance de toucher de relation.

Que vous apporte une séance ?

– Un apaisement psycho-physique : la détente ressentie au niveau de la matière corporelle  permet un état d’être disponible, détendu, apaisé et serein. vous retrouvez une harmonie entre présence corporelle et pensées.
Une meilleure présence à soi : se sentir vivant, faire l’expérience de soi-même, développer l’écoute de votre intériorité, la confiance en soi, sa capacité de relation.
– La dynamisation de votre force d’auto-régulation : la mobilisation d’une dynamique interne spécifique est porteuse de vitalité et déclenche un processus actif créateur tant au niveau physiologique qu’à un niveau existentiel.

La séance contribue à la prise de conscience, d’états, de postures, de comportements, de modes de pensées jusqu’alors imperçus. Au fil des séances, la personne apprend à ressentir un sens corporel interne d’où peut émerger un « sentiment de soi »

Pour qui ?

  •  Pour toute personne qui rencontre, à un moment donné, des difficultés dans son rapport à elle même, à l’autre, au monde (communication, positionnement…) ou qui souhaite simplement se rapprocher de ses perceptions et ressentis.
  • Pour l’accompagnement des différentes étapes de la vie
    L’accompagnement de la grossesse, les troubles liés au vieillissement, les bouleversements de l’existence : séparation, perte d’emploi, crise de couple, deuil, etc.
  • En cas d’annonce d’une maladieAccompagnement de l’effet stressant du diagnostic médical, entretien de la vitalité entre les traitements médicaux, soins de soutien, gestion de la restriction des capacités d’action, etc…
  • En cas de stress, surmenage, mal-être, états dépressifs, tensions accumulées du quotidien
    Ces différents états sont accompagnés de signes précurseurs : troubles du sommeil, difficulté d’attention, troubles de l’appétit, mauvaises coordinations gestuelles, perte d’estime de soi et dévalorisation.
  • En cas de douleurs  physiques : difficultés musculaires ou articulaires : mal de dos, épaule douloureuse, raideurs, douleurs articulaires, fibromyalgie, etc…
  • Troubles fonctionnels : migraine, acouphènes, constipation, troubles digestifs, etc…
  • Pathologies de terrain : allergies, déséquilibres neurovégétatifs, etc…
  • Pour les personnes souhaitant approfondir le sens de leur vie.
  • A ceux qui se sentent en manque de repères, qui recherchent un nouvel élan pour s’exprimer, créer ou évoluer comme ils le souhaiteraient; à ceux qui ont l’impression de ne plus avancer.
  • Pour ceux qui souhaitent vivre une détente profonde riche de toutes ses potentialités.
  • Pour les personnes qui ont des difficultés avec le rapport au temps, souvent en retard ou ayant peur de l’être, l’accompagnement permet une meilleure perception de votre rythme propre, vous aide à percevoir une équilibre entre action et intention.

 La pédagogie perceptive est particulièrement adaptée à l’accompagnement dans des situations de changement générant du stress et aux troubles associés : insomnies, céphalées, douleurs viscérales, douleurs dorsales, anxiété, modulation de l’estime et de la confiance en soi, relation aux autres et capacité à réaliser des choix adaptés.

Cet accompagnement est adapté aux problématiques ponctuelles comme aux désirs de changements profonds.

 

Je vous reçois à mon cabinet au 11 impasse Louis Gaitet à Marsannay la Côte.

Les séances ont lieu sur rendez vous au 06 89 73 23 52.

Le nombre de séances est adapté à chaque situation et à chaque personne.

Coût : 60 €. Durée 1 h 15 

KOTOTAMA

Résultat de recherche d'images pour "su kototama"

Au commencement était le Verbe…

Kototama permet de retrouver le verbe créateur, la parole inspirée, résonante,

Kototama ou chant des mots-âmes est une pratique sonore, vibratoire, énergétique très ancienne, originaire du japon.

Les sons chantés permettent de nous réaccorder sur notre essence profonde, sur notre note fondamentale. Kototama permet de retrouver le Verbe créateur, de pouvoir résonner avec l’intelligence du cœur plutôt que de raisonner dans l’intellect de notre cerveau gauche.

Les apports de Kototama pour le quotidien sont multiples :

  • perception, expression des pensées et des émotions facilitées,
  • amélioration de la qualité de présence,
  • meilleure perception, écoute de soi, des autres,
  • reliance aux plans subtils facilité,
  • connexion renforcée avec notre essence,
  • stabilité intérieure, indépendante des conditions de l’environnement,
  • accès à la présence à soi, au monde dans l’Ici et maintenant,
  • adaptabilité renforcée aux mouvements changeants de la vie,
  • etc….

La pratique de kototama est un outil concret permettant d’améliorer la qualité de vie, de pouvoir être pleinement soi-même dans le monde;

Origine

Le Kototama est une pratique ayant des liens avec la religion japonaise animiste : le Shinto.

Voici ce qu’écrit Isabelle Padovani, mon enseignante en kototama à leur propos :

 » Les « mots-âmes » sont les sons purs qui cristallisent les vibrations originelles que nous percevons ensuite comme couleur, son et forme, dans le monde manifesté.
Avant que toute manifestation soit perceptible dans le plan matériel, son essence vibre, résonne  sur les plans subtils : ainsi, chaque principe manifesté par la couleur, le son ou la forme, a un kototama, un « mot-âme », une vibration principielle sacrée qui contient son essence, et en permet la manifestation.

Ces « mots-âmes » n’ont de signification dans aucune langue : ils sont le substrat vibratoire essentiel de toutes les langues et de toute chose. Ainsi, l’intégration du principe de Kototama permet de décoder le sens originel des mots, quelle que soit la langue à laquelle ils appartiennent : Kototama est la source du langage originel…

Kototama, le chant des « mots-âmes », nous invite à l’écoute de l’Etre, à la présence simple à l’Ici-Maintenant, par la résonance intérieure des sons originels. « 

 

idee-koto.jpg

 

« L’énergie universelle (le ki) se manifeste par l’intermédiaire du kototama (âmes-mots) qui la divise en 50 fonctions différentes, origines de tous les phénomènes. Ces mots âmes sont des sons (mais pas exactement dans le sens où nous entendons généralement ce mot). Ils sont à priori les dimensions de l’univers et se manifestent à travers les 8 rythmes du yin et yang. Ils représentent les fondations mêmes de notre constitution spirituelle et de l’univers tout entier.

Le kototama est la source de toute vie et de toute création. Il est l’énergie fondamentale et indivisible de l’univers, créatrice des formes et des fonctions de l’esprit universel, (le ki) et donc de la constitution spirituelle de l’être humain.

Les cinq voyelles A, E, I, O, U, ou sons-mères, sont les dimensions à-priori de l’univers; elles précèdent les vibrations et les sons audibles. Les huits consonnes Hi, Ni, Si, Ri, Ti, Yi, Ki, Mi, ou rythmes-pères, sont les rythmes du Yin et du Yang, le point d’où naissent la polarité et la vibration.

En se combinant les son-mères et son-pères créent les vibrations qui se cachent derrière toute manifestation. Cette combinaison, c’est le langage des sphères; la conscience elle-même, la réalité immuable cachée derrière le changement, le commencement sans commencement. Cette réalité n’est pas soumise au temps et à l’espace; elle se trouve toujours « ici et maintenant » et elle est ce qui est le plus proche de nous, c’est à dire nous-mêmes. Elle imprègne le monde de la forme et nous immerge dans l’océan de l’infini. La mère de l’infini est constamment enceinte du monde de la forme.
Selon le shinto, son kototama est « shin rei kai », le monde spirituel divin, le royaume des dieux.

Le kototama n’existe qu’à travers son expression, c’est à dire les formes et les fonctions du monde relatif et les sensations que ce monde provoque. Chaque kototama prononcé, pensé, ou exprimé par le mouvement, nous influence à la fois physiquement et spirituellement. Les religions recherche le pouvoir du kototama à travers le chant et la prière. Considérer le mouvement comme esprit et conscience, et l’étudier sous cet angle, c’est également étudier le kototama.

Les êtres humains peuvent utiliser le kototama pour penser et parler; cette faculté nous ouvre l’accès à la liberté absolue. Si nous ne mettons pas cet immense potentiel en oeuvre, nous gâchons la plupart de nos efforts et ce que nous créons ne possède que rarement une véritable valeur. Selon Emerson : « L’Homme est la nature faite conscience ».

Les êtres humains n’ont pas inventé le langage. Le langage des sphères  (le  kototama) a créé l’être humain et est devenu une faculté humaine.

Les chercheurs essayent de découvrir les origines de la conscience. Pour ce faire ils utilisent cette conscience. Sans le kototama, la faculté d’abstraction et la créativité nécessaires à cette recherche n’existeraient pas. Les animaux ont leurs cris et leurs sons – otodama – esprit du son, mais sont incapables d’utiliser le kototama pour diriger leur conscience; ils ne peuvent donc pas diriger leur propre destinée spirituelle. Ses capacités de jugement et son langage déterminant la qualité d’une société, les progrès de l’humanité dépendent de l’évolution de son intelligence intuitive et du langage qui lui permet de s’exprimer.

Le kototama, l’esprit du son, est le pouvoir de la vie et de la conscience. c’est le pouvoir par lequel l’individu crée son corps et vient au monde et, également celui qui permet de saisir le sens de l’existence.

 William Gleason « a la source spirituelle de l’aikido – le kototama »

Le son U

Le kototama U correspond au infini, c’est-à-dire ce qu’il y avait avant la création de l’univers. De ce fait, lorsque le se manifeste, il s’agit de la vibration U qui est émise.  C’est une dimension qui n’est pas intellectuellement imaginable. En fait, lorsqu’on considère l’univers et que l’on enlève tout ce qu’il contient, alors il reste une espèce de « toile de fond », support de l’univers. C’est cette dimension qui correspond au son U.

Le son SU

L’univers était donc précédé du infini, le son U, qui précède toute création.  De ce absolu a pourtant jailli l’univers : il s’agit alors de la manifestation du son SU.  SU est le pouvoir créateur ; sans lui, le aurait stagné sans changer pendant toute l’éternité. C’est donc l’amorce qui a déclenché le mécanisme de création.

Le son I

Le kototama I agit en étroite relation avec le kototama SU.  SU est le pouvoir créateur, mais I insuffle la vie à la matière créée par SU ; c’est le pouvoir moteur de la vie.

Le son A

Le kototama A correspond à l’expansion de l’univers.  Il est également à la source de la conscience que chaque être possède en lui. C’est le lien qui nous relie avec notre origine, et qui nous permet de comprendre que chaque être s’inscrit dans la continuité de cette expansion de l’univers.  En bref, toutes nos croyances religieuses et métaphysiques sont stimulées par le son A.

Le son E

Le kototama E correspond à notre intelligence, c’est-à-dire notre façon de percevoir l’univers dans lequel nous vivons. De ce fait, notre capacité de discrimination, c’est-à-dire de distinguer les différents phénomènes que l’on voit autour de soi, est la manifestation du son E.

Le son O

Le dernier des six principaux sons, le kototama O, se manifeste par la cohésion et l’organisation des éléments constitutifs de l’univers. Les liaisons moléculaires, pour donner un exemple, sont dues à l’émission du kototama O.

En résumé

  1. La vibration U est émise : la « toile de fond » de l’univers apparaît.  
  2. La vibration SU déclenche l’apparition des éléments constitutifs de l’univers.  
  3. La vibration I insuffle la vie dans la matière.  
  4. La vibration A donne à chaque être créé la conscience de soi.  
  5. La vibration E lui donne également l’intelligence et la perception.  
  6. La vibration O permet la cohésion et la distribution de l’énergie dans les éléments constitutifs de l’univers.

Le reiki

Origine :

Après de longues recherches dans divers textes issus du bouddhisme et une importante pratique méditative, Mikao Usui, un japonais a mis au point en 1922 une méthode de guérison naturelle pour l’esprit et le corps par imposition des mains qu’il a appelé Usui Teate. Le nom Reiki est apparu tardivement notamment sur la stèle funéraire de Mikao Usui. Il est très probable que Mr Hayashi, un de ses élèves, ait instauré le nom Reiki pour cette méthode ainsi que le traitement de base des positions des mains.

Définition du mot reiki :

1507295923191788741344Rei signifie esprit transcendant, essence spirituelle et désigne la nature fondamentale de tous les êtres, par delà la naissance et la mort.

Ki signifie énergie, esprit et conscience et fait référence à la force originelle présente en tout être et en toute chose.

Les deux idéogrammes Rei et Ki mis ensembles, donnent l’idée d’une énergie illimitée, inconditionnelle, dont l’origine est spirituelle. Reiki  désigne la source, l’unité non manifestée, d’où tout procède. Elle est d’une pureté absolue et capable de soigner le corps, l’âme et l’esprit. Seule une énergie spirituelle peut véritablement permettre la guérison de la conscience, dont la guérison du corps ne sera qu’une conséquence. C’est une énergie douée d’intelligence et d’amour inconditionnel. L’adjonction de Rei à Ki confirme et accentue sa nature spirituelle et sacrée. Avec le Reiki on se place au-delà des formes relatives de manifestation de l’énergie.

But :

Pour Mikao Usui le but du reiki est, à travers cet art, de vivre la grande paix du cœur et de l’esprit à chaque instant et de se libérer de la souffrance tel que cela est conçu dans les enseignement bouddhistes. Il considérait aussi le reiki comme « une méthode pour l’amélioration de l’esprit et du corps, un médicament spirituel pour toutes les maladies et l’art secret d’inviter le bonheur à travers de nombreuses bénédictions ».

Effets du reiki :

Le Reiki intervient à l’origine de la disharmonie, soulage les symptômes et les douleurs et s’adapte de lui-même aux besoins du receveur. Il harmonise la circulation énergétique au sein des divers systèmes énergétique du receveur (chakras, méridiens d’acupuncture).

Le reiki permet de prévenir les maladies courantes ou d’accélérer une guérison en cours en stimulant les capacités d’auto guérison de l’organisme. Il rétablit un meilleur fonctionnement de tous les organes. Il favorise l’élimination des toxines, draine l’organisme. 

Il peut être à l’origine d’une évolution psychologique. Pratiqué tant sur soi-même que sur les autres, le Reiki favorise l’épanouissement intérieur. C’est aussi une puissante méthode de relaxation qui apporte détente, bien être, joie de vivre et paix.

Lors d’un soin sur autrui, l’énergie passe à travers le praticien et le revitalise en même temps qu’il transmet cette énergie.

Pratiquer le reiki :

Le reiki se transmet par la voie d’initiations ou harmonisations qui renforce le lien avec l’énergie de l’univers. Après initiation sa pratique est accessible à tous et ne demande aucune connaissance ou compétence préalable. Sa pratique permet de donner à soi-même des séances de reiki, ainsi qu’a un tierce personne.

Le praticien canalise les énergies et permet en permet la transmission au receveur. Les énergies transmises passent simplement à travers le transmetteur, celui-ci ne donne pas ses propres énergies au receveur et ne reçoit pas les « miasmes » du receveur lors de la séance.

La séance de reiki :

Le receveur peut-être assis ou allongé. Le reiki passant à travers les vêtements, le receveur reste habillé durant la séance. Le praticien Reiki pose ses mains sur divers endroits du corps du receveur soit en utilisant le protocole enseigné au niveau I, soit en pratiquant de façon intuitive. Pour chaque position, les mains sont posées sur le corps durant quelques minutes, le temps de la position variant en fonction du besoin énergétique de la zone où les mains sont posées. Il est possible de transmettre des séances de reiki à tous les êtres humains quelque soit l’âge, ainsi qu’aux animaux,  aux végétaux ainsi qu’à tout ce que nous consommons.

 

Interview de Mikao Usui

Mikao-image.jpg

Explication de l’enseignement pour le public

Fondateur : Mikao Usui

(Traduit du japonais par Hyakuten Inamoto)

Depuis les temps immémoriaux, il est arrivé souvent qu’un individu, qui avait découvert une loi originale secrète, l’ait conservée pour lui-même ou l’ait partagée seulement avec ses descendants.

Ce secret était ensuite utilisé comme une sécurité matérielle pour ses descendants. Le secret n’était pas transmis aux personnes extérieures. Quoi qu’il en soit, c’est une ancienne coutume issue du siècle dernier.

Dans des temps comme ceux-ci, le bonheur de l’humanité est basé sur le travail en communauté et le désir d’un progrès social. C’est pourquoi je ne permettrais à qui que ce soit de posséder le Reiki juste pour lui-même !

Notre thérapie du Reiki (Reiki Ryoho) est quelque chose d’absolument originale et ne peut être comparé à aucune autre voie au monde.

C’est pourquoi je souhaiterais rendre cette méthode accessible au public pour le bien-être de l’humanité. Chacun de nous possède le potentiel de recevoir un cadeau du divin, qui a pour résultat l’unification du corps et de l’esprit. De cette façon, un grand nombre de personnes feront l’expérience de la bénédiction divine.

Avant toute chose, notre méthode du Reiki est une thérapie originale, qui est construite sur le pouvoir spirituel de l’univers. A travers celui-ci, l’être humain retrouvera en premier la santé, et ensuite la paix de l’esprit et la joie de vivre augmenteront.

Aujourd’hui, nous avons besoin d’amélioration et de restructuration dans nos vies, afin que nous puissions libérer nos compagnons humains de la maladie et de la souffrance émotionnelle.

Questions et réponses de Mikao Usui

Q : Qu’est ce que la méthode du Reiki Usui ?

R: Avec gratitude, nous recevons les principes prescrits par l’empereur Meiji et nous vivons selon eux.

Afin d’accomplir le chemin propre à l’humanité, nous devons vivre en accord avec ces principes. Cela signifie que nous devons apprendre à améliorer notre esprit et notre corps avec ces pratiques. Pour faire cela, nous guérissons l’esprit en premier. Ensuite, nous rendons le corps en bonne santé. Quand notre esprit se trouve sur le chemin sain de l’honnêteté et du sérieux, le corps devient en bonne santé de lui même. Alors l’esprit et le corps ne font plus qu’un, et nous accomplissons notre vie dans la paix et dans la joie. Nous nous guérissons nous-mêmes et les maladies des autres, intensifiant et augmentant notre joie de vivre dans la vie, aussi bien que celle des autres.

C’est le but de la méthode du Reiki Usui.

Q : La méthode du Reiki Usui est-elle similaire à l’hypnothérapie, au kiai jutsu (concentration du « ki » dans l’abdomen et expression d’un cri) ou à une thérapie religieuse (shinko ryoho), etc… ? Est-ce une forme de thérapie similaire sous une autre appellation ?

R: Non, non. Ce n’est en rien similaire avec ces formes de thérapies décrites ci-dessus. Après des années d’un entraînement difficile, j’ai trouvé un secret spirituel (le Reiki) : c’est une méthode de libération du corps et de l’esprit.

Q : Le Reiki est-il une méthode de guérison spirituelle et psychique (shinrei ryoho) ?

R: C’est correct, nous pourrions l’appeler shinrei ryoho. Cependant, il serait aussi possible de l’appeler une « thérapie physique » puisque l’énergie et la lumière irradient de toutes les parties du corps de la personne qui donne le soin.
L’énergie et la lumière irradient principalement des yeux, de la bouche et des mains du donneur. En même temps, le donneur de soins porte ses yeux pendant deux ou trois minutes sur les parties du corps affectées, souffle dessus ou les masse doucement.

Rages de dents, maux de tête, crampes d’estomac, poitrine gonflée, douleurs nerveuses, contusions, coupures, brûlures, etc…, sont simplement guéris.
Néanmoins, les maladies chroniques ne sont pas si faciles à traiter. Mais c’est un fait que même un seul traitement d’une maladie chronique montre un effet positif.
Je me demande comment ce phénomène peut être expliqué dans l’acceptation de la science médicale. Eh bien, la réalité est toujours plus impressionnante que ce que la fiction ne pourra jamais être. Si vous voyiez les résultats, vous seriez obligés d’être d’accord avec moi. Même quelqu’un qui ne veut pas y croire ne peut pas nier la réalité.

Q : Est-il nécessaire de croire dans la méthode du Reiki Usui pour qu’une guérison puisse se faire ?

R: Non, puisqu’elle est différente des autres méthodes de guérisons psychiques, de la psychothérapie et de l’hypnothérapie.

Consentement et foi ne sont pas nécessaires puisque le Reiki ne travaille pas par suggestion. Cela ne fait pas de différence qu’une personne soit opposée et méfiante ou refuse de croire en lui. Par exemple, cela marche aussi bien sur de jeunes enfants ou pour des personnes qui sont très gravement malades et inconscientes.
Sur dix personnes, une seule peut-être apportera sa confiance avec lui au premier soin. Même après leur premier soin, la plupart des personnes ressentiront déjà les effets et leur confiance à l’intérieur d’eux grandira.

Q : Quels sont les désordres de santé qui peuvent être guéris par le Reiki ?

R: Toutes les maladies, qu’elles aient été causées par des facteurs psychologiques ou physiques, peuvent être guéries par la méthode du Reiki Usui.

Q : La méthode du Reiki Usui soigne-t-elle seulement les maladies ?

R: Non, elle ne soigne pas seulement les maladies du corps. Elle peut aussi guérir les mauvaises habitudes et les désordres psychologiques comme le désespoir, la faiblesse de caractère, la lâcheté, la difficulté à prendre des décisions, et la nervosité.

Avec le Reiki, l’esprit devient identique à Dieu ou au Bouddha et nous développons le but dans la vie de guérir nos compagnons humains.
Ceci est la façon dont nous rendons les autres et nous-même heureux.

Q : Comment le Reiki guérit-il ?

R: Je n’ai pas été initié dans cette méthode par qui que ce soit dans l’univers. Je n’ai pas eu non plus à faire d’efforts quelconques pour acquérir des pouvoirs de guérison supra-normaux. Tandis que je jeûnais, j’ai touché une énergie intense et d’une façon mystérieuse, j’ai été inspiré. Comme par une coïncidence, il devint clair pour moi qu’il m’avait été donné l’art spirituel de guérison. Bien que je sois le fondateur de cette méthode, il m’est difficile d’expliquer tout cela avec plus de précisions. Des médecins et des savants font des recherches avec passion, mais il a été difficile d’arriver à une conclusion qui soit basée sur la science médicale. Le temps viendra où le Reiki rencontrera la science.

Q : Le Reiki fait-il usage de médications ? Et y a-t-il une quelconque sorte d’effets secondaires ?

R: Il n’utilise ni médications ni instruments. Il utilise seulement le regard, le souffle, les massages, les tapotements et le toucher. C’est cela qui guérit les maladies.

Q : Une personne a-t-elle besoin de connaissance médicale pour pratiquer la méthode de Reiki Usui ?

R: Notre système est une méthode spirituelle qui dépasse la science médicale. Par conséquent, elle n’est pas basée sur celle-ci.

Quand vous portez votre regard, ou soufflez, ou touchez ou tapotez la partie affectée du corps, vous obtenez le but désiré. Par exemple, vous touchez la tête quand vous souhaitez traiter le cerveau, le ventre quand vous souhaitez traiter le ventre, et les yeux pour traiter les yeux. Vous ne prenez jamais de médicaments amères ni ne faîtes usage de moxibustion, et vous êtes à nouveau en bonne santé dans un temps très court. C’est pourquoi cette méthode spirituelle est notre création originelle.

Q : Comment les médecins de renom la perçoivent-ils ?

R: Les autorités compétentes en ce domaine se sont montrées sans parti pris. Les médecins Européens réputés sont très critiques quant à la prescription de médicaments. D’un autre côté, le Dr. Sen Nagai de l’Université de Médecine Teikoku a dit : « Nous, les médecins, savons comment diagnostiquer une maladie, l’enregistrer de façon empirique et la comprendre, mais nous ne savons pas comment la traiter. »

Le Dr. Kondo a dit quant à lui : « Il est très arrogant de dire que la médecine a fait d’incroyables progrès étant donné que la médecine moderne néglige l’équilibre spirituel. C’est son plus grand désavantage. » Le Docteur Sakae Hara a dit : « C’est une impertinence de vouloir traiter un être humain, lequel possède une sagesse spirituelle, comme on le ferait pour un animal. Je crois que, dans le futur, nous pouvons compter sur une grande révolution dans le domaine de la thérapie. »

Le Dr. Rokura Kuga a dit : « C’est un fait que les non-médecins ont introduit toute une série de thérapies, comme la psychothérapie, avec un haut degré de réussite, qui n’a jamais été obtenu par les talents de la médecine, parce que ces thérapies prennent en compte le tempérament, les symptômes personnels du patient, et de nombreuses méthodes différentes dans leur traitement.
Si les médecins voulaient rejeter aveuglément les thérapeutes et les psychothérapeutes et tenter de les gêner dans leur travail, cela serait vraiment faire preuve d’un esprit étroit. »

Les médecins et les pharmaciens comprennent souvent cela et viennent se faire initier.

Q : Que pense le gouvernement au sujet du Reiki ?

R: le 6 Février de la onzième année de la période Taisho (1922), le porte-parole Teiji Matsushita a posé la question suivante à l’assemblée du Parlement Fédéral, à propos du budget : « Qu’elle est la position du gouvernement concernant les thérapeutes qui pratiquent couramment la psychothérapie et la thérapie spirituelle sans avoir de diplôme de médecine ? »

M. Ushio de la commission du gouvernement a répondu comme suit : « L’hypnothérapie et équivalents ont été jugées comme de mauvaises formes de thérapies il y a plus de 10 ans, mais aujourd’hui, on a fait de meilleures recherches à leur sujet, et elles ont été aussi appliquées effectivement en psychiatrie. Il est difficile de vouloir résoudre tous les problèmes humain par des médicaments. Les médecins suivent certains chemins, qui sont basées sur des principes médicaux, de façon à guérir la maladie. L’utilisation du toucher et de l’électrothérapie dans le combat contre la maladie ne sont pas des composants des méthodes de guérison de la faculté de médecine. »

C’est pourquoi la thérapie du Reiki Usui n’est pas concernée ni par les lois qui régissent la faculté de médecine ni par celles concernant l’acupuncture ou la moxibustion.

Q : Dans ce type de thérapie, les capacités de guérison spirituelle ne viennent avec certitude qu’à ceux qui se sont développés spirituellement depuis leur naissance. Je ne pense pas que quelqu’un puisse apprendre cela. Ne pensez-vous pas ?

R: Non, non. Tous les êtres en qui la vie a été insufflée ont reçu comme cadeau la faculté spirituelle de guérir. La même chose s’applique aux plantes, aux animaux, aux poissons, et aux insectes.

Mais les êtres humains, qui représentent le point culminant de la Création, ont le pouvoir le plus grand. La méthode de Reiki Usui est apparu dans le monde afin de rendre cela utile.

Q : N’importe qui peut-il être initié à la méthode du Reiki Usui ?

R: Naturellement. Hommes et femmes, vieux et jeunes, médecins et illettrés qui vivent en accord avec des principes moraux, peuvent certainement apprendre en un temps très court à se guérir eux-mêmes, aussi bien que les autres. Aujourd’hui, j’ai initié un millier et plusieurs centaines de personnes, et pas un seul individu n’a manqué d’expérimenter les résultats recherchés. Tout le monde, même celui qui n’a apprit que le premier degré (shoden), a apparemment reçu la possibilité de guérir les maladies. Si nous y pensons, il est assez étrange que nous puissions apprendre à guérir des maladies en un temps si court, bien que ce soit la chose la plus difficile pour des êtres humains. Même moi, je trouve cela étonnant. C’est la chose la plus caractéristique de notre méthode de guérison spirituelle, que nous puissions apprendre quelque chose d’aussi difficile d’une façon si simple.

Q : Avec le Reiki, nous pouvons guérir d’autres personnes. Mais qu’en est-il pour soi-même ? Une personne peut-elle guérir ses propres désordres de santé ?

R: Si nous ne pouvons guérir nos propres maladies, comment pourrions nous guérir les autres ?

Q : Que faut-il faire pour apprendre le second degré (okuden*)?

R: Okuden consiste en diverses méthodes : techniques pour émettre l’énergie, tapotement, massage, pression avec les mains, guérison à distance, la guérison des habitudes, et ainsi de suite. Apprenez d’abord shoden (le premier degré) et quand vous m’apportez de bons résultats, que vous vous comportez convenablement, honnêtement et moralement, et que vous serez enthousiastes, alors vous serez initiés.

Q : Y a t-il autre chose de plus qu’okuden dans la méthode du Reiki Usui ?

R: Il y a le degré supérieur (shinpiden).

L’interview prend fin ici.

* Ici l’Okuden correspond au 2ème degré, il est divisé en deux parties : l’Okuden Zenki (1ère partie) et l’Okuden Koki (deuxième partie).

 

Le manuel de reiki de Mikao Usui et les waka (chant de la joie)

 

https://i1.wp.com/s3.e-monsite.com/2010/08/15/12/resize_550_550//mikao-usui-2.jpg

 

Le manuel d’Usui a été transmit par Mme Kimiko Koyama alors présidente de l’Usui Ryoho Gakkaï en 1970.

Du fait de la seconde guerre mondiale, il existe peu de documents d’Usui, en dehors du mémorial taillé dans la pierre. Usui avait toutefois constitué un livret qu’il donnait à ses étudiants et que le Gakkai, l’école de reiki fondée par Usui, a conservé. Ce document contient des informations utiles à toute personne s’interessant au reiki, sous la forme de 4 sections.

La 1ère partie décrit les principes du Reiki à travers 5 préceptes, ou Gokai.

La 2ème partie est un ensemble d’instructions pour le public sous forme de questions-réponses.

La 3ème partie du Hikkei (manuel) est un guide de la méthode de soin qu’Usui a créée lorsqu’il s’est aperçu que tous ses élèves ne développaient pas rapidement une sensibilité aux déséquilibres énergétiques des patients et avaient donc besoin d’un guide pour les aider à placer les mains en fonction des maladies telles qu’elles avaient été diagnostiquées. (développé dans Le manuel original de Reiki du Dr Mikao Usui, Frank Arjava Petter, ed Niando)

La 4ème partie du Hikkei est une sélection de poèmes Waka de l’Empereur Meiji, lequel a été une grande source d’inspiration pour Usui. Parmi les nombreux Gyosei de l’Empereur qui sont reconnus comme de la grande poésie dans la litérature japonaise, Usui en a sélectionné 125 qui étaient lus à haute voix au début de chaque séminaire dans le but de clarifier les pensées.

Ils étaient récités/chantés d’une manière spécifique. La récitation, la cadence et le rythme aident à développer la concentration  et à nettoyer l’esprit.

Pour tous les praticiens japonais de Reiki, ils sont, des supports de contemplation.

https://i2.wp.com/www.reiki.fi/kuvat/pokuvat/Waka1.gif

« Les   125 poèmes de l’Empereur Meiji, appelés gyosei, sont écrits dans la forme dite waka.

Le waka consiste en cinq syllabes pour la première ligne, sept syllabes pour la deuxième ligne, cinq syllabes pour la troisième ligne, sept syllabes pour la quatrième, et sept syllabes pour la cinquième ligne.

Le Dr Usui les utilisait dans ses rencontres Reiki pour aider ses étudiants   à se concentrer sur l’essentiel. »

Source : La   Quintessence du Reiki, Frank Arjava Petter, ed Niando.

J’ai eu la chance de recevoir l’enseignement d’une trentaine de waka lors de ma formation de kototama. Chacun de ces chants permet de vivre et de développer divers états d’être amenant à reconnaître notre Nature.